Dernières nouvelles

samedi 5 janvier 2013

Toile filante

Nous sommes de plus en plus nombreuses et nombreux à la parcourir. La Toile. Elle connecte une certaine partie du monde, reliant des hommes et des femmes entre eux, en laissant de côté bien d'autres. Dessus, y circulent à la vitesse de la lumière de l'information. Souvent désuète en très peu de temps. Nous pouvons la consommer de bien des manières cette information, un peu partout. Dans le métro, dans une file d'attente, au travail, à la maison, dans la toilette ! Il y en a qui ne se gênent pas à carrément le faire au milieu d'un repas avec des proches... Il n'y a plus de limites. Je suis souvent dubitatif lorsque j'y pense. Comment en une vingtaine d'années, cette toile est rentrée dans nos vies. Fait partie de nos quotidiens. Comment l'information file, file et file encore, par milliards d'octets à la seconde. Vaste toile neuronale interplanétaire où se croisent tant de langues. Vaste toile filante.

Au retour de quelques jours passés au fin fond de la région des Chaudières-Appalaches, de la réserve internationale de ciel étoilé du Mont-Mégantic, je me sens vraiment loin de cette toile là. Pas de technologie pendant 3 jours, dans un décor reposant de neige blanche, dans un silence et un calme de bois. Le vrai bois. Le bois des sapinettes (contraction personnelle de sapin et d'épinette) et des érables sur des montagnes blanches aux pentes douces. Le bois que tu parcours en raquette, qui te givre, emmitouflé dans tes couches de vêtements d'hiver, pourtant "High-tech". Une bonne louche de Nature. Tiens, je remarque que les érables sont connectés eux aussi d'une certaine façon, par un système de tuyaux et de pompes. Pour la prochaine montée de sucs, je vous rassure. Est-ce que eux aussi se passent des messages ?...

C'est donc dans ce décors que nous avons débuté la nouvelle année. C'est avec ce décors en tête que nous vous la souhaitons la plus belle possible. Pour tout ceux qui vont la vivre, de bien des manières, pour ceux qui arrivent, ceux qui vont partir, par bien des chemins. Sous le ciel étoilé, ne jamais oublier que nous aussi, nous sommes des étoiles filantes, des flux de lumières éphèmères...


Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://lemomentum.net/dotclear/?trackback/13

Fil des commentaires de ce billet