Dernières nouvelles

vendredi 28 décembre 2012

45

45. 45 cm. Tout le monde en parlait ce vendredi matin. Tout le monde s'en remet. La première vraie tempête de l'hiver a fait parler d'elle. Elle a duré une journée complète et a balayé tout le sud de la province un jeudi de décembre.  Elle a établit des records. Nous, nous l'avons vu passer, blottis au chaud dans le chalet, loin de la ville. Résignés à attendre plutôt que jouer les téméraires sur la route. Chanceux car nous avions déblayé le toit la veille de la neige déjà accumulée. Alors, nous avons vu les flocons, tomber sans discontinuer, par rafales, sous un ciel complètement gris et opaque.  Elle a malmené trottoirs, routes, rues, rails, pistes d'aéroport, circulation urbaine et de région. Tout ce qui roulait ou volait en surface. Le métro lui, ne s'est aperçu de rien, à part un fort achalandage. Elle a tout chamboulé cette neige là. Tout enseveli. Tout bloqué. Tout pogné. Suivie de son cortège de catastrophes en tout genre. Carambolages, arbres cassés, électricité coupée,  autos, camions, bus ou autocars ensevelis ou englués sous 45 cm de poudre blanche. Les services de secours, de sécurité civile et routière, de dépannage, de déneigement n'ont pas chômé un seul instant. Les chasses-neiges ont chassé, les souffleuses ont soufflé, les pelles et multi-pelles ont pelleté. Les hommes ont peiné, ont évité les obstacles, ont attendu, des heures et des heures parfois, se sont défendus contre elle, ont certainement sacré même, mais la plupart, se sont surtout entre-aidé. D'autres ont secouru. Pendant ce temps, la nature s'emmitouflait sous sa couette froide et poudreuse, indifférente, silencieuse, endormie. Le lendemain, au petit matin, l'ambiance était tout autre. Le calme était revenu. Feutré. Un soleil éclatant s'était levé dans un ciel bleu magnifique, faisant briller 45 cm d'épaisseur de neige blanche et fraîche étendue sur tout le paysage. Nous pouvions rentrer. La route était de nouveau sûr. La nature toujours aussi calme. Les hommes toujours aussi affairés.


Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://lemomentum.net/dotclear/?trackback/12

Fil des commentaires de ce billet