Dernières nouvelles

lundi 3 décembre 2012

...pourtant, le nôtre

L'autre jour, je traversais la rue dans le centre-ville, sur le passage piéton d'un grand boulevard. Il y avait cinq ou six personnes qui marchaient en même temps que moi. C'était la fin de journée, la pénombre commençait à gagner. Les lumières orangées de la ville nous éclairaient. La circulation était dense coin René Lévesque et Beaver Hall. Soudain, dans le brouhaha des autos, retentit un gros coup de klaxon de camion dans mon dos. Un grand monsieur un peu gringalet qui se trouvait juste devant moi, eu peur, sursauta et perdit l'équilibre, sa cheville se tordant. Je lui ai pris le bras gauche pour l'aider à se relever. C'est à ce moment là que je me suis aperçu de son infirmité. Gestes imprécis, membres tordus, démarche quelque peu "brinqueballente". D'un seul coup, j'ai ressenti de la compassion. Ce grand gaillard qui s'avérait être aussi fragile qu'un jeune enfant. Il s'est dépêché de se remettre sur pied, avec ses gestes maladroits. Je l'accompagnais jusqu'au trottoir opposé, essayant d'avoir la bonne attitude. Je lui dit quelques mots qui se voulaient rassurants. Il me répondit avec sa "gueule cassée". Je n'ai rien compris sur le coup. L'important était de m'assurer qu'il allait bien. Je pu m'éloigner en le laissant continuer, cahin-caha. J'en voulais à ce camion agressif. J'en voulais à ces conditions de vie si difficiles pour nos handicapés, pour qui, traverser une rue est une prise de risques permanente. Comme ces non-voyants submergés, bousculés dans le métro, par nous, la foule des bien-portants. Courageux, courageuses de chaque instant, sans y penser, parce que "pas le choix". Leur infirmité leur donne souvent une forte intensité, nous marque dans notre humanité. Différents de la plupart, comme venant un peu d'un autre monde...pourtant, le nôtre.


Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://lemomentum.net/dotclear/?trackback/10

Fil des commentaires de ce billet